La petite poule qui voulait
voir la mer

« Pondre, pondre, toujours pondre, il y a des choses plus intéressantes à faire dans la vie ! ... »

La petite poule
qui voulait voir la mer

 

D'après La petite poule qui voulait voir la mer de C. Jolibois et C. Heinrich

« Pondre, pondre...Toujours pondre ! Il n'y a pas que ça dans la vie! Moi je veux voir la mer !  »

Carméla, la petite poule ne veut pas aller se coucher comme les poules, Carméla veut faire autre chose dans la vie qu'apprendre à pondre. Carméla aime écouter les histoires de Pédro le cormoran et surtout, Carméla rêve de voir la mer.

Un soir la poulette quitte le poulailler...C'est le début d'une grande aventure qui la ménera jusqu'en Amérique, traversant l'océan en compagnie de Christophe Colomb...Et dans cette aventure elle tombera aussi –qui l’eu cru- amoureuse !

Deux acteurs pour raconter cette histoire. Deux comédiens marionnettistes qui s’amusent entre eux, qui manipulent à vue et deviennent partie prenante de l’histoire. Il s’agit de donner à voir l’envie de partir, grandir, de devoir absolument faire son propre chemin, de vivre sa vie, de découvrir d’autres mondes avec toutes les surprises que réserve le voyage. En dehors des sentiers battus :  réaliser ses rêves , oser l’inconnu.

Un poulailler un peu étriqué, dans lequel Carméla se cogne, des marionnettes et un espace qui s'agrandit à mesure que Carméla grandit, que son horizon s'ouvre. Les matériaux sont bruts : bois et plumes.

La mer inonde bientôt la scène et le nouveau monde laisse apparaître un espace ouvert, monde de tous les possibles. L'espace devient modulable et le poulailler se transforme en bateau.

 

Mise en scène : Chloé Desfachelle et Marie Vidal

Avec : Chloé Desfachelle et Thierry Cappozza

Création Lumière : Vincent Combret /

Mélie Debuigne

 Lagrandeparade.fr.   Bruno Paternot, Le 16 juillet 2016

 

"Papa, il a fait lever le soleil" dit un des poussins. L'adaptation théâtrale de La Petite poule qui voulait voir la mer est un spectacle truffé d'aphorismes poétiques, tout autant que de blagues et jeux comiques.

A l’aide de quelques marionnettes, d’une scénographie légère et ingénieuse, Chloé Desfachelle raconte en moins d’une heure l’adaptation de l’album pour enfant "La Petite Poule qui voulait voir la mer" de Christian Jolibois (Auteur) et Christian Heinrich (Illustrations). Elle propose un travail de la voix qui impulse de l'énergie et du punch au spectacle, cela donne une belle présence aux personnages qu'elle incarne concrètement sur le plateau. On suit les aventures de Carmelita la poule avec attention et impatience, gare à elle. 

La finesse du jeu des mains des deux acteurs, qui tantôt manipulent les marionnettes, tantôt deviennent la concrétisation de l'émotion des personnages, comme si des ondes d'énergie débordaient des corps marionnettistes. 

« Poussez vous, poussins vous » : il est temps d'aller vivre. Entre la place de la poule (exploratrice du monde ou pondeuse à la maison?), la difficulté de l'adolescence, les joies de l'état amoureux… le spectacle se construit comme une quête initiatrice. Les plus petits tomberont sous le charme des scènes contemplatives (la mer poissonnière est simplement sublime) et les plus grands auront le plaisir des jeux de scènes et des péripéties. 

Les parents y trouveront leur compte car la mise en scène, remplie de clins d'œil, joue beaucoup sur la distanciation et le rapport marionnettes-marionnettistes-personnages. Le plus appréciable est certainement que le spectacle n'est jamais donneur de leçon ou démagogique.

Si les marionnettes ont les plumes qui souffrent de la chaleur avignonnaise, les décors de bois sont parfait, tant dans leur simplicité que dans leur esthétique. Et il convient parfaitement pour la petite salle dans lequel est présenté le spectacle. À voir donc, vite, avec ou petits grands enfants. 

 

La Provence. Audrey Morard, le 24 juillet 2016

 

C'est l'histoire de Carméla, une petite poule pleine de vie, curieuse et qui sait ce qu'elle veut : voir la mer. Jusqu'au jour où, prenant son courage à deux ailes (comme cela est dit dans le spectacle), elle décide de sauter le pas et d'entreprendre le voyage de sa vie.

Deux comédiens marionnettistes, Chloé Desfachelle et Thierry Capozza, sont sur scène pour nous raconter la folle aventure de Carméla. La manipulation des marionnettes est précise, pleine de délicatesse et toujours juste. A travers leurs gestes, les deux marionnettistes arrivent à nous transmettre les émotions ressenties par les différents personnages comme la joie, la peur ou l'excitation. A cela s'ajoute un formidable travail effectué sur les voix qui donne du rythme à la pièce et tient les enfants en éveil.

Il faut aussi souligner la très jolie mise en scène entrecoupée de différents tableaux. Mention spéciale à celui représentant les fonds marins qui est superbe. La petite poule qui voulait voir la mer est un spectacle qui incite l'enfant à réaliser ses rêves malgré les difficultés, et à s'ouvrir au monde qui l'entoure. C'est grâce à cela qu'il pourra grandir. Le spectacle dure 40 minutes mais nous aurions bien aimé être aux côtés de Carméla quelques instants de plus.

Notre avis : on adore cette pièce pour les petits (et les grands aussi !) 

© 2016 par Rhapsodies Nomades créé avec Wix.com